drapau.jpg

 

Get Adobe Flash player

Vous êtes ici

Mobilité Internationale au Sénégal - carnet de bord - Episode 3

Un petit moment que nous n'avons pas donné de nouvelles, nous en sommes désolées, mais ne vous inquiétez pas trop pour nous, nous sommes toujours en vie et bien bronzées !
 
Nous sommes très prises par notre stage et finalement nous n'avons que  très peu de temps libre. Mis à part les weekend, mais nous vous avouons, que nous préférons aller vadrouiller aux alentours de notre nouveau chez-nous ! 
 
Petit retour sur le transfert, il faut bien une semaine pour s'en remettre et récupérer nos heures de sommeil (perdues!!!). En effet nous avons aussi été veilleuses de nuit ( travailler le jour et la nuit, c'est un peu dur mais une belle expérience au final)
 
Déroulement du transfert :
  • Organisation le lundi et inventaires.
  • Le mardi : le départ est lancé (seulement avec 2h de retard! Mais ici c'est être à l'heure:-) )Embarquement des 84 enfants dans les bus aux sons des djembés, ambiance garantie !!! On chante ,on rie, on danse, tous les éléments sont ici présents pour commencer cette semaine dans la joie et la bonne humeur! Le mot transfert prend ici tout son sens, tout le centre est parti, du directeur en passant par les cuisinières, les agents d'entretien, jusqu'aux bénévoles, tous le monde était là. Tout le personnel, dit "encadreur" a un rôle éducatif et veille à l'accompagnement des enfants, EN THÉORIE ..... Bonjour la psychothérapie institutionnelle, où presque.... 
  • Arrivée sur Popenguine, vue magnifique face à l'océan, enfin la campagne, un soleil de plomb et la chaleur est écrasante (40 degrés environ). Installation, repas et sieste pour les enfants suivi de la visite du camp et de la ville.
  • Une semaine ponctuée d'activités, de visites (Joal Fadiouth : une île entièrement faite de coquillage, Saly et Popenguine) et de la vie quotidienne. De beaux moments partagés avec les enfants, des relations créées et pour nous, une belle immersion au cœur de la culture Sénégalaise. 
Ce transfert nous a énormément apporté tant sur le plan professionnel, où nous avons participé aux réunions, à la vie quotidienne des enfants et où nous avons aussi pu proposer et mener une activité ; que sur le plan personnel, avec le partage de la vie africaine.
 
Aujourd'hui, nous avons repris notre vie au rythme du Sénégal, avons retrouvé nos groupes respectifs, notre quartier, et notre quotidien.
 
Nous voilà déjà à mi-chemin, il nous arrive souvent de penser à vous (les copains et copines de ES 15), même aux autres d'ailleurs. Vous faites partis de notre voyage, nous ne vous oublions pas, il suffit parfois d'un instant ou d'un objet, pour nous rapprocher de vous. Le temps passe vite ici, tout est différent. Mais on s'adapte et on est plutôt bien ici, on vous avoue qu'on pense à notre retour, mais pas dans le bon sens, ça va être difficile pour nous de rentrer ! On arrive à bien se débrouiller ici, on est un peu moins fâchées avec les bus, enfin même si parfois, on aimerait bien juste une petite plaquette horaire pour savoir à quelle heure il passe. On apprend la patience et à attendre, du coup ça nous permet de profiter différemment de chaque instant ici, on saisit chaque chose et chaque opportunité pour rencontrer l'autre et découvrir ce qui nous entoure.
 
 
Le voyage nous transforme, nous détruit, nous reconstruit, change notre regard, notre conception de la vie, met le bazar dans nos projets, nous donne envie d'en faire d'autres. Tous les jours nous grandissons un peu plus. 
 
Il y a une phrase qui nous suit à toutes les deux : « Le voyage permet de se perdre, et c'est seulement lorsque nous acceptons de s'égarer que le voyage peut prendre toute sa place, ainsi les projets font place aux surprises ».
 
Aurélie et Emeline